dans ,

3 femmes noires qui ont été victimes de plagiat

C’est bien connu, les personnes noires doivent toujours travailler deux fois plus que les autres pour espérer une quelconque reconnaissance lorsqu’il s’agit de leur travail, leurs projets, leurs créations.

Mais les femmes noires, elles, doivent toujours travailler 3 fois plus : parce qu’elles passeront toujours après les hommes noirs (Il n’y a pas de débat à avoir là-dessus, c’est la réalité. Il suffit de voir comment la société traite les femmes noires par rapport aux hommes noirs). Elle doit faire 3 fois plus preuve de créativité et fournir 3 fois plus de travail acharné, irréprochable et impeccable pour espérer recevoir de la reconnaissance. 

Parfois, elles travaillent plus pour pas grand-chose, voire, pour rien, elles n’ont aucune reconnaissance. 

Mais ne soyons pas trop pessimiste, voyons. Il arrive aussi qu’elles soient reconnues pour leur travail. 

Sauf que malheureusement, quand leurs travaux sont enfin reconnus, c’est à ce moment que des vautours opportunistes se ruent vers leurs oeuvres pour se les approprier et faire croire que ce sont leurs oeuvres à eux.

Il y a plusieurs histoires qui peuvent relater ces faits, dont la dernière en date est celle de Charlotte Seck, une écrivaine qui s’est vu voler son travail acharné.

Jetons ensemble un coup d’oeil sur 3 femmes noires qui se sont fait plagier leurs oeuvres.

1# Charlotte Seck / Avivah Wittenberg-Cox

Même pendant la période incertaine qu’est le Covid-19, un moment où toute personne est censée se remettre en question et se repentir de ses pêchés vu les temps qui courent, certaines personnes persistent dans leurs travers.

En effet, durant la pandémie qui nous frappe actuellement, l’écrivaine Charlotte Seck et rédactrice pour Amina Mag (magazine dédiée aux femmes africaines et antillaises) a jugé utile de s’intéresser plus en détail à une image qui illustrait plusieurs femmes leaders dans leur pays respectif, accompagnée d’un titre qui révélait que les pays dirigés par des femmes gèrent mieux la crise du coronavirus que les hommes.

Johnathan Ford on Twitter

These are leaders leading there country and have the best coronavirus response. Oh! They’re also all women.

L’image de Johnathan Ford qui a inspiré Charlotte Seck pour écrire son article.

Elle s’est alors demandé si un ou plusieurs articles parlaient de ce sujet mais en vain, elle n’a rien trouvé. Elle a donc pris l’initiative de mener une enquête pour attester que les pays dirigés par des femmes gèrent mieux la crise du coronavirus que les hommes, comme l’image voulait bien le montrer. Pour éditer cet article, elle a dû fournir un travail de fourmi. Son article qui a pour titre « Covid-19 : Les femmes cheffes de gouvernement ont une meilleure gestion de l’épidémie ! » a ensuite été publié sur Amina Magazine le 11 avril 2020 au matin.

2 jours après grâce aux réseaux sociaux, elle constate, avec l’appui de son supérieur chez Amina Mag et d’un avocat, que son article a été plagié par Avivah Wittenberg-Cox, une contributrice du Magazine de renommé Forbes. L’article se nomme : « What Do Countries With The Best Coronavirus Responses Have In Common? Women Leaders ».

Plusieurs médias ont également repris l’article de Charlotte Seck sur leurs propres plateformes en préférant créditer Forbes comme l’auteur à l’origine de l’article sans la créditer elle une seule fois.
D’autres ont bien voulu dire que l’article a été posté en premier sur Amina Magazine mais encore une fois, sans préciser une seule fois qu’il s’agit en fait du travail de Charlotte Seck.

Aujourd’hui c’est plus de 7,2 millions de vues que l’article d’Avivah Wittenberg-Cox a obtenu sur Forbes, contre 14,8K pour l’article de Charlotte Seck sur Amina Mag. C’est à cette femme que tous les mérites reviennent alors qu’elle n’est pas à l’origine de cet article. Charlotte Seck est, depuis, en train d’alerter les internautes à travers les réseaux sociaux pour que cette histoire fasse du bruit et qu’enfin son travail lui revienne. Puisque les médias concernés qu’elle a contacté, eux, n’en n’ont que faire…

Charlotte Seck raconte son histoire dans une vidéo que La Scandaleuse a relayé sur son compte Instagram :

2# Laetitia Ky / Katie Westwood

Laetitia Ky, si tu ne la connait pas, est une artiste ivoirienne qui réalise des oeuvres d’art avec pour simple outils ses cheveux. Elle arrive avec un élément du corps humain à réaliser des sculptures capillaires pour faire passer des messages. Et les sculptures qu’elle arrive à réaliser sont à chaque fois étonnantes. Le fait de devoir imaginer puis de réaliser quelle sculpture elle va pouvoir faire nous laisse imaginer tout le travail que cela demande.

Et pourtant, une russe très suivie sur les réseaux sociaux, Katie Westwood, a eu l’audace de la copier sans avoir eu à établir ce travail de réflexion en amont et de publier la publication sans s’alarmer des possibles retombées (dans un premier temps en tout cas) que pourrait avoir son acte. 

Laetitia Ky à gauche et Katie Westwood à droite.
Crédit photo : @afrodyssée sur Twitter

Laetitia Ky qui a constaté ce plagiat a tout suite demandé le soutien de sa communauté pour l’aider à signaler la publication de Katie Westwood qui montre clairement qu’elle a copié une de ses oeuvres.

Ce qui a marché puisque Instagram a finalement décidé de supprimer définitivement la publication de Katie.

Pour se défendre, Katie Westwood avait précisé à l’époque que si sa création ressemblait à celle de Laetitia Ky c’était par pure et simple coïncidence. Ce qui est franchement très difficile à croire. 

Laetitia Ky s’est exprimé sur cette réponse en disant ceci : « On peut même voir quelle a juste copié coller ma coiffure et l’a transformée en blond sur Photoshop pour coller à son image. Tous les détails sont les mêmes. J’ai failli devenir folle quand j’ai vu. » Et effectivement, même un mal voyant pourrait aisément voir que c’est une copie conforme.

Katie Westwood a une communauté plus élevée que Laetitia Ky. À ce jour elle compte 700K followers sur Instagram contre 298k pour Laetitia Ky.

Elle a pu donc monétiser l’oeuvre de Laetitia Ky d’un plus gros montant qu’aurait pu le faire Laetitia alors que ce n’était même pas son oeuvre. 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Laetitia Ky s’est fait plagiée. C’est aussi ce qu’elle avait exprimé sur son compte Instagram à l’époque de cet incident.

3# Living Single (série créée par Yvette Lee Bowser) / Friends (série créée par Marta Kauffman et David Crane) 

Tout le monde connait « Friends », la série télévisée à succès qui a vu le jour dans les années 90. Si tu ne connais pas, c’est que tu vis dans un coin très reculé du monde. 

Non on plaisante évidemment, mais normalement tu es censé.e connaitre. 

Bref… 

Pour rappel, « Friends » est une série qui raconte la vie quotidienne de 6 six amis vivant dans un appartement situé à Manhattan, dans Greenwich Village (Rachel Green, Monica Geller-Bing, Phoebe Buffay, Joseph dit « Joey »  Tribbiani, Chandler Bing et Ross Geller), ainsi que l’évolution de leur vie professionnelle et affective pendant dix ans. La série a été créée en 1994 par Marta Kauffman et David Crane qui ont voulu mettre en avant 6 acteurs blancs à New-York, une ville où les noirs sont quand même très présents, il faut le préciser. Ella a été diffusée sur NBC entre 1994 et 2004.

Affiche de promotion pour la sitecom « Friends ».
Crédit photo : Allociné

Savais-tu que cette série à succès était en fait la copie d’une autre série des années 90 qui se nomme « Living single » ? (Bon là il y a moins de chance que tu sois déjà au courant.)

En effet, « Living Single » est une sitcom télévisée américaine diffusée pendant cinq saisons sur le réseau Fox du 22 août 1993 au 1er janvier 1998. L’émission est centrée sur la vie de six amis (tous noirs cette fois-ci : Queen Latifah – Khadijah James ; Kim Coles – Synclaire James-Jones ; Erika Alexander – Maxine « Max » Felice Shaw, John Henton – Overton « Obie » Wakefield Jones ; Kim Fields – Regina « Regine » Hunter ; T.C. Carson – Kyle Barker ; Mel Jackson – Ira Lee « Tripp » Williams, saison 5 uniquement) qui partagent leurs expériences personnelles et professionnelles tout en vivant dans les « brownstones » de Brooklyn à New-York. La série a été créée par Yvette Lee Bowser, une écrivaine et productrice de télévision noire américaine. Et distribuée par Warner Bros. Television.

Yvette Lee Bowser, la créatrice de la sitcom « Living Single ».
Crédit photo : Shondaland.com
Affiche de promotion pour la sitecom « Living Single ».
Crédit photo : Amazon

La série Living Single se concentre sur deux ménages différents dans un « brownstone » (pierres rouges pour construire des maisons urbaines new-yorkaises), l’un partagé par un trio de femmes indépendantes et l’autre partagé par une paire d’amis masculins qui se connaissent depuis qu’ils ont passé leur jeunesse à Cleveland dans l’Ohio .

Il y a comme un air de déjà vu non ?

A sa sortie, la sitcom « Living Single » a rencontré un franc succès. 

Queen Latifah qui jouait le rôle de Khadijah James, actrice principale de la série, a elle-même confirmé que « Friends est une copie de Living Single adaptée pour un public blanc » lors d’une apparition sur l’émission « Watch What Happens Live » en 2017.  

Elle avait dit : « Le chef de NBC à l’époque, Warren Littlefield avait déclaré dans une interview que Living Single était l’émission qu’il aimait le plus à l’époque – Friends a été créée un an plus tard. » (Source : hotnewhiphop.com).

« Friends » est sans aucun doute la version blanche de « Living Single ». 

Même David Schwimmer qui joue le personnage de Ross Geller dans Friends l’avouera à demi-mots. Lors d’une interview accordée à The Guardian il est revenu sur le succès de la sitcom « Friends » en indiquant qu’elle « était révolutionnaire en son temps ».

Chose qui n’a pas plus à Erika Alexander qui joue le rôle de Maxine Felice Shaw dans « Living Single » et qu’elle a fait savoir sur son compte Twitter en interpellant David Schwimmer pour lui expliquer que « Living Single » a vu le jour bien avant « Friends » et que « Friends » ne pouvait donc pas être révolutionnaire.

David Schwimmer a dû clarifier ses propos dans une réponse d’excuses adressée à Erika Alexander. C’est là qu’il a reconnu à demi-mots que la sitcom Friends s’est « sans doute » inspirée de Living Single :

«J’étais fan de Living Single et je n’impliquais pas Friends comme étant le premier du genre. À ma connaissance, Friends (qui est sorti un an plus tard) a été inspiré par la propre vie des créateurs de la série, Marta Kaufmann & David Crane et leur cercle d’amis vivant à New York dans la vingtaine. Si c’était basé sur Living Single, vous devriez leur demander. Il est tout à fait possible que Warner Brothers et NBC, encouragés par le succès de Living Single, aient donné le feu vert au pilote Friends. Honnêtement, je ne sais pas, mais cela semble probable ! Si tel est le cas, nous sommes tous redevables à « Living Single » d’avoir ouvert la voie.» (Source : tvline.com

« Friends », malgré qu’il soit une copie, a eu beaucoup plus de succès que « Living Single ». La sitcom a été diffusée plus longtemps que Linving Single. Et, encore aujourd’hui, c’est de « Friends » dont tout le monde parle comme une série qui traverse toutes les générations. « Living Single », quant à lui, est tombé aux oubliettes (sauf pour les plus intéressés d’entres nous par la question).

La raison : les noirs ne sont pas considérés comme assez bankable par rapport aux blancs. Et dans un monde où le blanc dirige, il faut donc une version blanche pour espérer qu’une série connaisse un succès mondiale, alors que la version originale connaissait déjà un fort succès. 

C’est ce qu’on appelle le whitewashing. Le whitewashing, c’est le fait de faire jouer par des acteurs et actrices blanc.he.s le rôle de personnages réels ou fictifs non blancs. 

Et c’est ce que la série Friends a fait : elle s’est ré-appropriée la série originale en la blanchissant et la rendue encore plus populaire grâce au « white privilege /privilège blanc».

Bien sûr, ces 3 femmes ne sont pas les seules à s’être fait plagier leurs oeuvres.

Nous t’avons épargné toutes les fois où les Kardashians ont copié les femmes noires sans leur donner de crédit : Hashtag « KK Signature Braids » (par exemple).

N’hésite pas à nous dire en commentaire celles dont nous n’avons pas parlé. Et aussi à partager cet article pour prévenir les personnes de la communauté de ce genre d’actions.
À l’ère d’Internet, nous avons tous les outils pour dénoncer. Il faut s’en servir sans lésiner sur les moyens. Internet nous permet de faire changer les choses, alors servons-nous en ! 

Aussi, il faudrait réfléchir à un moyen de pouvoir protéger nos oeuvres sans qu’on nous les volent. C’est nécessaire pour que ça n’arrive plus et pour qu’ils arrêtent de nous manquer de respect.

Qu'en penses-tu ?

Écrit par la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

30 leçons business à retenir de la série Self Made d’après la vie de Madam C. J. Walker sur Netflix

30 Leçons business à retenir de la série « Self Made d’après la vie de Madam C. J. Walker » sur Netflix

50 Unes de magazines afros créées par les internautes pour contrer le #VogueChallenge